Il était une fois, un petit peu de moi

15 avril 2014

Il y a un mois, à cette heure-ci, tout semblait encore possible, tout semblait si simple.

La tête dans les nuages...

Posté par moussechaton à 01:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]


07 avril 2014

Ce n'est pas drôle de voir notre vie nous échapper.

 

C'est vrai que j'ai voulu te connaître, que cela m'a plu. Que cela me plaît encore.

Parfois, je me dis que si notre relation était restée "cachée", cela aurait sûrement été plus facile.

Nous nous parlerions encore de tout et de rien, surtout de tout.

Je ne serais pas tout seul à me demander ce que tu penses.

 

Je ne serai pas tout seul à me demander ce que tu penses, toi aussi.

Je suis désolé de t'avoir fait souffrir.

J'étais malheureux. Elle m'a offert de la gentillesse gratuitement, quand tu me reprochais chacun de mes faits et gestes.

 

Surtout, ne pas perdre la tête, ni le Nord - Pas de Calais.

Posté par moussechaton à 23:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 avril 2014

Cette nuit, j'ai rêvé de toi.

Tu n'étais pas physiquement présente, et d'ailleurs, c'est souvent comme cela.

De plus en plus.

J'aimais cette époque pendant laquelle nous nous racontions nos rêves chaque jour.

Tu semblais apprécier que j'y sois, et parfois avoir des regrets, quand ce n'était pas le cas.

 

En lisant "Le Monde", ou tout au moins, est-ce l'impression que j'ai, j'ai pu lire quelque chose sur toi.

Le petit Nico m'a dit que tu étais casée. Avec une tortue, qui plus est. (Sûrement à cause de mout')

Oh et puis j'ai lu que tu embrassais quelqu'un qui porte mon prénom à pleine bouche.

J'avais un peu l'espoir que ce soit moi, tu vois.

 

Même si tu rêves encore de moi, même si tu penses encore à moi, tu ne me le diras pas. J'aimerais tellement que ce soit encore le cas.

Pourtant, pourtant, les nouvelles de toi me manquent. J'aurais tellement aimé que nous puissions continuer comme autrefois.

Parfois, le virtuel est plus agréable que la réalité.

 

J'ai toujours eu peur de la dépendance. Mais quand elle nous prend la main, on la laisse faire.

Je tâche d'écouter mes propres conseils, ceux que je distille si facilement aux autres.

 

J'espère que le renard est toujours près de toi. Même si l'odeur de ma veste est partie, j'espère qu'il a encore sa place ; autant que ta plaque...

Posté par moussechaton à 17:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 avril 2014

You're braver than you believe...

Minette est partie hier. Je n'ai fait que l'entrevoir, et pourtant, je sais à quel point elle était importante.

Encore un fondement de ta vie qui se dérobe sous tes pieds, comme le sol.

J'me sens juste impuissant, loin de toi, voire trouble-"fête".

Show me how brave you are, comme le chantais Jean-Benoît lorsque j'avais plus de cheveux.

 

À trop vouloir, on finit par tout perdre.

C'était trop brillant avec toi d'une part, lorsque c'était trop sombre d'un autre côté.

Il y a bien deux femmes, pour lesquelles les situations me semblent compliquées, et pourtant, je vous voulais toutes deux, chacune à sa place.

Deux femmes radieuses, si proches et pourtant si différentes.

 

Et toi, pourquoi faut-il que nous n'existions plus l'un pour l'autre?

 

Il faudra peut-être que tu saches un jour que je t'ai cherchée, Bo-gin-ja.

Pardonne-moi d'avoir été lâche.

Pardonnez-moi toutes deux.

 

“Promise me you'll always remember: You're braver than you believe, and stronger than you seem, and smarter than you think.”

Je crois en chacune de vous plus qu'en moi-même aujourd'hui.

 

Et lui, qui m'a tant fait souffrir, et qui pourtant cherche à me soutenir.

 

Dans tous les cas, je suis profondément paumé.

Posté par moussechaton à 12:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 mars 2014

Se sentir loin - Te sentir loin de toi

Ai-je vraiment perdu autant?

Tu me sembles si loin, maintenant, toi qui étais toujours près de moi, malgré la distance.

Je ne te rassure plus et j'ai le sentiment de ne plus provoquer aucune sensation agréable dans ta vie.

Je ne te fais plus rire, et le temps où tu restais silencieuse au téléphone tout en souriant semble révolu.

Au-delà de tout ceci, je sais que tu es retournée dans cette phase de questionnement, de doute, où je ne t'apporte plus de réconfort.

 

Ai-je vraiment tout fait pour perdre quelque chose, ou cela serait-il arrivé coûte que coûte ?

Je respecte ton silence, la distance.

Je souhaite que ta vie s'arrange, que tu réussisses à décoller et à partir "loin", plus près de toi.

J'aimerais savoir que tu ris, que tu es bien, avec ou sans moi, et pourquoi pas le partager avec toi.

 

Prends soin de toi,

 

Chaton

Posté par moussechaton à 10:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]